Idée fausse : tous les requins ont des dents acérées

Contrairement aux idées reçues, les requins ne possèdent pas tous des dents acérées.

Selon les espèces, leurs dents sont de tailles et de formes variées, qui contribuent d’ailleurs à l’identification des espèces. Ces formes et tailles dépendent du régime alimentaire de l’animal.

À chaque régime alimentaire son type de dents
Certaines espèces ont des dents massives et finement dentelées, parfaites pour trancher et couper de gros morceaux de chair et d’os dans une proie. Le régime du grand requin blanc (Carcharodon carcharias) nécessite des dents larges et tranchantes, pour mordre dans la peau épaisse et la masse graisseuse des mammifères marins. Quant au requin tigre (Galeocerdo cuvier), il se sert de ses dents trapues et courbées vers l’extérieur pour transpercer les carapaces de tortues et les fracturer en secouant la tête de gauche à droite. Les dents très pointues et effilées du requin taureau (Carcharias taurus) et du requin mako (Isurus oxyrinchus) ont pour vocation d’empaler les poissons pour les empêcher de s’échapper avant l’ingurgitation.

Le requin de Port-Jackson (Heterodontus portusjacksoni), lui, utilise ses dents plates pour broyer mollusques et crustacés. Enfin, les requins qui filtrent le plancton n’ont pas besoin de dents pour collecter leur nourriture. Le requin baleine (Rhincodon typus) possède des rangées de minuscules dents, à première vue inutiles pour son alimentation. Elles seraient héritées de ses ancêtres et pourraient servir dans la reproduction. Le requin pèlerin (Cetorhinus maximus) arbore une rangée d’épais brins couvrant les ouvertures des branchies et empêchant toute nourriture de s’échapper, qui rappellent les fanons de certaines baleines.

Ce requin citron faucille (Negaprion acutidens) révèle des dents plutôt pointues et acérées. © Johann Mourier

Lorsque la proie est suffisamment petite pour être avalée, tous les requins ouvrent rapidement les mâchoires, créant une dépression qui l’aspire directement dans la gueule. Avec une proie plus grosse, l’aspiration seule ne suffit pas, et certains requins recourent à une autre méthode. Lorsqu’ils ouvrent la bouche, les ligaments des mâchoires supérieure et inférieure se tendent, provoquant un redressement des dents. Un muscle situé entre la mâchoire supérieure et l’avant de l’œil se contracte, les mâchoires se décrochent et se propulsent vers l’avant pour permettre aux dents de se planter dans la proie. Le requin peut alors secouer la tête de gauche à droite, cisaillant et déchiquetant la proie, qui pourra ainsi être avalée en plusieurs morceaux.

Une autre utilité de la denture
L’accouplement chez les requins est un acte sexuel assez violent puisque, ces animaux n’ayant pas de pattes pour s’accrocher à leur partenaire, le mâle immobilise la femelle en la mordant pour copuler, pratiquant la fécondation interne. Pas besoin de grandes dents pour agripper la peau épaisse des femelles, même les petites dents du requin baleine ou du requin pèlerin font l’affaire.

Visuel haut de page : La drôle de mâchoire du requin de Port-Jackson sert à capturer puis à broyer les coquilles et carapaces de mollusques et crustacés.- © Johann Mourier

Source : 40 idées fausses sur les requins de Johann Mourier, préface de Laurent Ballesta, paru aux éditions Quæ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *