D’où viennent les noms des rivières ?

L’origine des toponymes est toujours difficile à établir car s’y mêlent l’historique et le légendaire. Il semblerait néanmoins que beaucoup de rivières françaises aient conservé les noms qu’elles avaient au moment de l’invasion des Gaulois.

Selon Alain Rey, les noms des fleuves proviennent de langues disparues, d’idiomes très anciens. Ils constituent probablement les seules traces des langues parlées avant l’arrivée des Celtes en Gaule, au Ve siècle avant notre ère. Les noms de fleuves sont peut-être plus déterminants que les noms de montagnes. Ces dernières sont des repères mais elles sont des obstacles à la communication. Il faut les contourner, par la vallée. Or, la vallée est définie par le fleuve qui, lui, permet la communication. Blaise Pascal a d’ailleurs écrit : « Les rivières sont des chemins qui marchent. »

Quelques origines possibles de noms de rivières

  • Loire viendrait du latin liger, provenant du celte liga (lie, boue, limon).
  • Seine vient de sequana, de sawk (sacré) + –onna (source). C’est un peu la même origine pour la Saône qui, dans son cours inférieur, portait le nom de Saucona, sawk (sacré) + onna (rivière).
  • Rhône vient du grec rhodanos, de rho– (couler) + –danu (hardi, fier).

Les racines ligures (peuple proto-historique européen) ont donné :

  • Cher : Caris, vient du ligure kar (rocher).
  • Charente : Carantona, du ligure kar (rocher) + –onna (source).
  • Garonne : Garumna, du ligure kar (rocher) + –onna (source).
  • Var : du ligurien ibar (vallée).
  • Tarn : Tarnis ou Tanara, des racines ligures tan– (falaise) + –ar (rivière).

Les racines celtes, quant à elles, sont à l’origine de :

  • Creuse : Croza, mot celtique signifiant « creuse ».
  • Dordogne : du celtique dorunia, féminin dérivé du celtique ancien dubro (eau). Dorunia vient probablement de dora (torrent).
  • Durance : du celtique dubro (eau).
  • Doubs : vient du celte dub (noir) ou alors dubro (eau)

Les sites de confluent (condate celtique ou confluentes latin) ont donné les noms de lieux : Condé, Cosne, Conflans, Coblentz, etc.

Les toponymes Brives, Briare, issus du celtique Briva, indiquent des passages d’eau par guéou bac, ou des ponts.

Source : Quelles rivières pour demain ? de Christian Levêque, paru aux éditions Quæ

 

2 réflexions au sujet de « D’où viennent les noms des rivières ? »

  1. Bonjour Madame, Monsieur .
    Pourquoi, comment les fleuves portent-ils le même nom de leur source jusqu’ à leur embouchure ? Je comprends leur étymologie ligure et celte , mais comment le Rhône -par exemple – a-t-il gardé ce nom de sa source à 813 kms plus loin ?
    Je ne crois pas que les habitants dans une haute vallée suisse nommaient ce cours d’ eau Rhône comme les camarguais, il y a des centaines d’ années .
    Les noms géographiques ont-ils été imposés par les géographes à une époque ?
    Je vous remercie .

  2. Bonjour,
    Je me pose la même question que Marianne.
    Pour partir de son excellent exemple, quand, où et par qui un fleuve est-il nommé officiellement de sa source à son extrémité ?
    Quand on apprend que l’origine de leur nom remonterait au 5ème siècle avant notre ère et qu’un territoire comme notre actuelle France était « peuplé » de tant de langues différentes et que les frontières étaient très éphémères.
    Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *